Cycle de conférences à l’Université Populaire, mars 2009, Bourges


La connaissance du monde qui nous entoure passe par de multiples approches. 

L’une d’elle - le sonore – a une place privilégiée dans l’histoire.  

 

Depuis Pythagore et sa musique des sphères, en passant par Boèce et sa « musica mundana », l’alchimiste Mayer avec « Atalanta Fugiens », l’astronome Kepler qui fait chanter les planètes, jusqu’aux scientifiques contemporains des domaines aussi variés que la biologie moléculaire, sciences de la terre, astronomie et bien d’autres, les « hommes de connaissance et de savoir » utilisent le sonore pour mieux comprendre et interpréter le réel.

En parallèle, les compositeurs se tournent vers l’extérieur pour s’inspirer ou directement utiliser les données du monde qui nous entoure – Guido d’Arezzo fait calculer les mélodies, Dufay transpose les proportions de l’église dans un motet, Mozart utilise les probabilités pour créer les compositions automatiques, Xenakis invente la musique stochastique....

Nous allons étudier l’évolution de la musique en fonction de l’évolution de la connaissance du monde de l’Antiquité jusqu’à nos jours, pour nous intéresser enfin à la « sonification » qui étudie la transformation des données en paramètres sonores.