RudolfRobert Rudolf (Direction)

Compositeur né à Bratislava (République Slovaque), a commencé ses études musicales au Conservatoire National de Bratislava. Avant de les approfondir à Paris, il les a poursuivi à l’Académie des Beaux Arts de sa ville natale. Pendant cette période, au milieu des années 80, il s’intéresse également à l’art plastique et à la collaboration avec des plasticiens. Ses interventions musicales, composées ou improvisées, qui accompagnés les vernissages de ses amis, étaient au départ orientées vers la musique instrumentale ou électronique (pour bande).

Au fil du temps, il a participé à plusieurs projets en cherchant à adhérer au plus près à la démarche du plasticien tout en conservant son indépendance musicale et intellectuelle. A la fin de la décennie, il part pour Paris. Il étudie la composition avec Yoshihisha Taïra, la composition électroacoustique avec Michel Zbar, et il assiste également aux cours de François-Bernard Mâche à l’Université de Strasbourg. Une fois installé à Paris, il continue d’écrire et de réaliser les bandes sonores pour les installations en France et à l’étranger. A ces occasions il a mis en oeuvre une stratégie d’interactivité musicale qu’il place depuis au centre de ses créations.

 


BertocchiSerge Bertocchi (Saxophone)

Musicien éclectique, il a fondé les ensembles XASAX, le duo Thuillier-Bertocchi (tuba-saxophones), le duo Codecco-Bertocchi (sax et piano), le Trio Lézards Dégénérés, le Trio de Barytons (F. Corneloup, D. Lazro), le quartet “40 after JC”, l’ensemble de saxophones Amiens Sax Project,  Ars Gallica,  ;  il travaille avec Yochk'O Seffer, Art Zoyd, Musiques Nouvelles Mons, l'Orchestre Philharmonique de Radio-France ; il a joué sous la direction de Myung Wung Chung, Armin Jordan, Peter Eötvös,  Luca Francesconi, Arie van Beek, Sylvain Cambreling, Pascal Rophé ...

Soliste, chambriste ou improvisateur, il joue et enregistre aussi en solo ou avec support ou ordinateur : en Europe, Amérique du Nord, Proche Orient et Asie.

Né à Albertville (Savoie), Serge Bertocchi est lauréat du CNSMDP (1° prix à l'unanimité saxophone et Musique de chambre), et de 6 concours Internationaux de saxophone et Musique de Chambre.

Il a  créé près de 200 pièces et travaille avec de nombreux compositeurs de toutes obédiences. Il a enregistré 39 CDs à ce jour.

Professeur à Amiens, il a élaboré un répertoire de pièces contemporaines à difficultés limitées, une Méthode de Saxophone et 10 recueils pédagogiques. Se spécialise actuellement dans les saxophones extrêmes, rares ou oubliés (tubax, soprillo, C-melody, Mezzo-Soprano, Soprano en ut ...).

 


MV CadoretMarie-Violaine Cadoret (violon)

Des rencontres artistiques fortes ont déterminé le parcours musical de Marie-Violaine Cadoret. Son premier choc fut le répertoire d’aujourd’hui. Elle a joué et enregistré avec l’Ensemble Intercontemporain, l’ensemble Accroche-Note, Ars Nova, 2E2M et actuellement appartient à l’Ensemble Utopik.

De sa formation de chambriste auprès de G.Kurtag, J-C Pennetier, C- Ivaldi, elle continue d’explorer le large éventail de la musique classique de Bach à Bartok en se produisant du duo au sextuor.

Sa curiosité l’amène à emprunter des chemins de traverse et à jouer auprès de musiciens et compositeurs issus des cultures jazz ( Orphicube d’Alban Darche), cultures traditionnelles (Sébastien Bertrand)...

Cette expérience se partage auprès d’étudiants qu’elle forme. Marie-Violaine Cadoret occupe un poste au CRR de Nantes et également au Pôle Supérieur Bretagne- Pays de la Loire.

 


DutrieuPierre Dutrieu (Clarinette)

Après avoir étudié avec Claude Crousier (CRR de Nice), Pierre Dutrieu obtient ses premiers Prix de clarinette (classe de Guy Deplus) et de musique de chambre au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris.
Son intérêt pour le répertoire contemporain le conduit à créer de nombreuses œuvres dans le cadre des concerts qu’il donne en France et à l’étranger : Royal Academy of music de Londres, Mexique, Chine (Hong Kong et Tzen-Hen), Toronto, Montréal, Festival d’Angers, Festival de Darmstadt, RAI de Turin, Academia Chigiana de Sienne, Villa Médicis, (Italie), Espagne, Danemark, Suède, Finlande…
Il a interprété diverses pièces contemporaines en solistes parmi les plus difficiles du répertoire dont le célèbre Dialogue de l’ombre double (Pierre Boulez) en France et à l’étranger.
Il est régulièrement sollicité par des chercheurs de l’Ircam pour divers travaux, les derniers portant sur la mises au point du bec variable en quart de ton, la relation psychophysiologique entre le geste physique instrumental et sa correspondance directe avec le discours musical.
Il a déjà enregistré diverses pièces en soliste, musique de chambre ou en ensemble.

Pierre Dutrieu est professeur certifié au Conservatoire National de Région de Cergy-Pontoise.

Également compositeur, il a écrit des pièces solo et de musique de chambre, certaines à vocation pédagogique.

Il est co-auteur du livre « 10 ans avec la clarinette » (I.P.M.C.), ouvrage qui recense un large choix de morceaux par tranches de niveaux de deux annnées d’instrument.
Il prépare actuellement  un ouvrage consacré aux techniques de jeu contemporaines de la clarinette.

 


NardeauJohann Nardeau (Trompette)

Jeune trompettiste franco-islandais, Johann Nardeau est diplomé des Conservatoires de Reykjavik, de Rueil-Malmaison et de Paris. Ayant passé une enfance et une adolescence riche d'experiences musicales en Islande il poursuit sa carrière de musicien à Paris depuis 2005. Il fait partie de divers ensembles, l'Orchestre des Lauréats du Conservatoire (OLC), l'ensemble contemporain REGARDS et la metal-fanfare Cu+2.

Johann a l'occasion de collaborer en tant que remplaçant au sein d'orchestres nationaux tels que l'Orchestre de Paris, l'Orchestre Philharmonique de Radio-France, l'Orchestre de l'Opéra de Paris et l'Ensemble Intercontemporain mais aussi d'orchestres étrangers tel que l'Orchestre symphonique d'Islande et l'Orchestre de Macao.

Avec des camarades du Conservatoire il crée en 2010 le Quintette du Printemps, primé au concours de musique de chambre de Blois – Musique au Centre (2012). Johann est lauréat des concours internationaux de Budapest (2009) et Moscou (2011). Il se produit régulièrement en tant que soliste dans les oeuvres phares du repertoire.

Trés interessé par la diversité du repertoire de son instrument, il joue également des concertos baroques et les partitions d’orchestre de JS Bach à la trompette piccolo, de la musique de chambre au cornet a piston, et récemment de la trompette baroque. Johann expérimente également la trompette avec sons électroniques, que ce soit dans "Mettalics" ou dans le cadre de son projet de master au Conservatoire de Paris, Johann Nardeau enregistre le CD “Le Chant de Borée” avec de la musique moderne scandinave pour trompette.

 


NovakovaClara Novakova (Flûte)

Clara Novakova est née à Brno en République Tchèque. Elle a étudié la flûte en Italie (Riva del Garda), à la Hochschule für Musik de Stuttgart en Allemagne et au Conservatoire National Supérieur de Paris dans la classe de Michel Debost, où elle termine brillamment ses études avec plusieurs premiers prix en 1988.

A cette époque, elle est déjà flûte-solo à l’Ensemble Orchestral de Paris, titre qu’elle gardera jusqu’en 2006. Parallèlement, elle mène aussi une carriére de soliste et de chambriste avec plusieurs ensembles français, espagnols et tchèques.

Lauréate de plusieurs Prix Internationaux (Concours de Ancona, de Palmi, de Stresa, Prix Rotary Club Stuttgart, Prix Pro Musicis...), Clara Novakova se produit en Europe, Amérique et Asie et enregistre pour de nombreuses Radios et Télévisions, ainsi que pour diverses maisons discographiques (EMI, MODE New York, Maguelone, Universal, Premiers Horizons Paris, Gallo Switzerland, LH Productions Praha etc.). Elle collabore aussi avec de nombreux compositeurs (Martin Matalon, Alexander Mihalic, Yoshihisa Taïra, Philippe Manoury...) et assure régulièrement des créations d’oeuvres qui lui sont dédiées.

En 2013 elle a été nommée Professeur de Flute à la Soochow University de Suzhou, en Chine.

 

Objectifs

 (à la création de l'ensemble - 2001)

Promouvoir la création musicale

Nous entendons promouvoir toutes les créations musicales sans pour autant privilégier une esthétique ou un courant particulier. Les concerts que nous allons programmer ont pour l’effectif au moins deux interprètes jouant de préférence avec un dispositif électronique et en utilisant les nouvelles technologies. Chaque concert donnera lieu au moins à une création.

Constituer un ensemble instrumental spécialisé dans l’interprétation de la musique contemporaine

Pour l’essentiel de nos activités, un ensemble instrumental est indispensable. Nous avons donc constitué une formation instrumentale composée de huit musiciens. En dehors de cet ensemble, nous allons faire appel aux autres interprètes afin de promouvoir les plus jeunes et faire varier les dimensions de l’ensemble en fonction des besoins des compositeurs.

Mettre l’accent sur les échanges culturels Européens et Internationaux

À ce jour, nous avons pris le contact avec des compositeurs d’une quinzaine de pays (Belgique, Suède, Allemagne, Espagne, Danemark, Italie, Slovaquie, République Tchèque, etc). La plupart d’entre eux sont francophones et/ou liés à la France d’une façon ou d’une autre (anciens élèves, stagiaires, résidents, etc). Dans ce cadre nous allons mettre l’accent sur l’échange des interprètes, des ensembles et compositeurs.

Encourager les jeunes compositeurs et interprètes

Promouvoir et encourager les jeunes compositeurs et notamment celles et ceux qui sont encore peu programmés et connus dans les salles habituelles de musique contemporaine à Paris. Nous voulons ainsi produire un pôle d’attraction pour les nouveaux talents comme parmi les compositeurs ainsi parmi les interprètes.

Investir un nouveau lieu de création - UNESCO

Opus Centrum s’efforcera de faire de l’UNESCO un lieu de création musicale figurant su la carte des salles parisiennes de musique contemporaine. La régularité et la continuité des concerts démineront le succès de ce but. Pour cela nous allons établir les cycles des concerts avec une régularité dans le temps.

Développer les interfaces gestuelles utilisant les nouvelles technologies

Nous allons mettre en place le développement des interfaces gestuelles pour aider aux compositeurs et aux musiciens de produire les sonorités nouvelles tout en gardant leurs anciens instruments. Ce développement est basé sur le savoir faire déjà acquis avec la création d’un instrument appelé « pédalophone » par le membre de l’association - Alexander Mihalic (voir la brochure en pièces jointes).

Produire les documents sonores

La production des documents sonores (CD ou autres) est liée à notre activité de la création et du développement et de la promotion des interprètes et des compositeurs. Dans ce cadre nous avons déjà réalisé la maquette d’un CD consacré aux œuvres employant le pédalophone (voir le CD en pièces jointes), laquelle servira pour nos futurs enregistrements.

Rechercher un nouveau public

Outre le public familiarisé à la musique contemporaine, nous souhaitons sensibiliser et attirer un nouveau public composé de jeunes ainsi que d’adultes amateurs. Pour cela, nous avons dressé une liste des établissements scolaires et culturels, afin de communiquer nos programmes et en faire la promotion. Puisque l’aspect financier constitue souvent le premier élément dissuasif, nous envisageons de rendre nos manifestations financièrement accessibles à un large public.

Encourager les jeunes élèves à pratiquer la musique contemporaine

Nous souhaitons contribuer à la sensibilisation et à la familiarisation des jeunes musiciens avec la musique contemporaine. Pour cela nous allons consacrer un cycle des concerts à la pédagogie de l’écoute de la musique. les compositeurs et/ou les interprètes interviendrons pendant le concert pour donner les explications des œuvres présentés.

Sous-catégories